bio


1 formation scientifique

Ouh, les bancs de la fac ont été bien éprouvés ;-) ! Après quelques semaines de maths sup' au pas cadencé, c'est direction la fac. D'abord l'UBO, ensuite l'UBS, puis Rennes 1 : et de 2 licences obtenues (Sc. Physiques & Chimie) !

C'était un peu histoire d'assurer mes arrières' - tant on disait que l'environnement qui m'intéressait déjà de longue date - ne recrutait pas.

Et - enfin ! -, après ces années un peu obligées, je rejoins une maîtrise en Sc. de l'Environnement, à Brest. Cette année-là m'aura confortée dans mon envie d'apprendre et de comprendre toujours mieux la nature.

C'est là que j'ai découvert que ces milieux dunaires que je jugeais si déserts, se sont révélées si riches, c'est là que j'ai appris à voir la vie derrière "le rien" apparent. 

1e carrière (militante)

Après les études, c'est le boulot, quand il s'en trouve. L'environnement, il y a 18 ans, et bien, c'était comme aujourd'hui : on en parle. On en parle beaucoup et les places sont chères. Alors, on cherche, on bosse (entre usines et remplacement comme prof). On s'obstine et on décroche son 1e poste. Le milieu associatif qui m'attirait tant aura fini par m'ouvrir ses portes et m'offrir ma première carrière.

Conseillère, chargée de mission, ...  à la CLCV (asso de consommateurs), puis à IBB (InterBio Bretagne), puis au sein de Cohérence.

3 postes qui auront beaucoup compté intellectuellement et humainement.

J'y ai rencontré beaucoup de personnes formidables, très impliquées, qui donnent envie un jour de devenir 'faisou' plutôt que 'disou'.

D'où le choix de devenir à mon tour paysanne bio.

 


2e carrière  paysanne bio

la sacrification du pain avant enfournement @johanne gicquel oplurielle photo dessin crea
des mains qui boulangent

'L'envie d'être le changement que l'on veut pour le monde' : cette phrase de Gandhi m'aura portée, comme tant d'autres. 

C'est décidé. Je me lance, je vais faire paysanne.  Je vais rejoindre la ferme, notre ferme. Choix du coeur, choix de la raison, choix d'alors.

Une ferme en bio, dans laquelle poussera désormais - en plus de nos précieuses légumes - notre blé. Celui destiné à devenir farine puis pain. Quel sens cela avait-il pour moi de faire ce choix !

'Les pieds dans la terre, les mains dans la pâte et la tête dans les nuages". Ainsi aime-je à parler de cette période, où les rêves de 'devenir' artiste , de faire des livres, ont émergé.  ... Ebullition.

et la 3e :        artiste  :-) !

l'atelier @johanne gicquel oplurielle photo dessin crea oir et blanc

Sur une ferme en bio, ce qu'il y a de superbe, c'est qu'il y a (précisément ;-) !) de la vie.

La photographe passionnée que j'étais en aura passé du temps, allongée dans les herbes, à fureter. A voir et à immortaliser la vie qui vit, et ce temps qui fait, et ce temps qui passe.

La peintre, fan de carnets de voyages et de planches botaniques, aura repris les pinceaux aussi, portée notamment par un projet de livre avec les éditions du Terran.

Projet reporté, parce que [...la crise...]. Déception d'alors. Mais cela aura su me donner la certitude que mon chemin à moi, il est fait de livres et de partage, d'images et de mots.

Et puis un jour, parce que les circonstances, parce que [...], cela sonne comme  une évidence : il est temps de prendre son envol, d'oser. D'attraper ses rêves.

Les miens  ? Devenir artiste, pro, et vivre de mes passions. Pari osé, risqué. Non ? Juste une évidence. Et tous les jours de dessiner mon histoire :-) !


un attachement aux landes de ma Bretagne

Née du côté de Lorient, c'est dans les landes de Merlevenez que j'ai grandi, entre deux femmes et deux lieux, partageant mon enfance entre les bois et la ferme familiale, en fait l'une de ces exploitations porcines typiquement bretonnes. Les études puis les choix de vie m'ont fait parcourir la région en tout sens. Aujourd'hui, c'est entre les brumes et des vallons du Blavet et l'air iodé du Sud Finistère que je réside. De nouveau entre 2 lieux ;-). Comme le flux et le reflux !