causeries

Notes : les causeries proposées en ce moment (et donc sur cette page) tournent autour du livre Paysâmes.

Pour d'autres thèmes, je me tiens à votre disposition ou rdv sur cette page interventions artistiques.

 

Pour précision : je ne fais plus de dédicaces au sens strict : être coincée entre un caddy et la caisse, j'ai tenté par sympathie mais non.

Merci de votre compréhension : l'auteure n'y trouve pas son compte.

 

 

1/ pour parler d'agriculture, de celles et ceux qui la font

Et de tout ce qui gravite autour : alimentation, santé,enjeux de paysages, enjeux environnementaux.
Paysâmes se veut prétexte à aborder un peu tous ces sujets, dont nous devons nous emparer. Savoir ce que nous mangeons, ce que mangent nos mômes et nos anciens dans leurs restaurants, s'interroger sur le devenir de nos paysages, sur qui fait quoi sur son bout de planète (puisque la "Terre qui appartient à nos enfants"), questionner la place de la femme, en agriculture, ou ailleurs d'ailleurs : je crois que cela concerne tout le monde et pas seulement une (ou La) profession.

2/ pour présenter (aussi) du travail photographique et d'écriture mené

Cette approche, plus artistique, s'est révélée être fort intéressante à développer pour la photographe que je suis (ah ? bah oui).

Expliquer le choix des images, dire pourquoi elles ont été retenues, celles-ci plutôt que celles-là, ou encore comment je procède sur le terrain.

Le propos- qui intéressera sans doute les photographes amateurs ou pro, ... - amène invariablement à parler agriculture, cela dit et des choix de production faits par ces femmes.

 

Illustration du propos avec cette série d'images issues du portraits d'Enora, éleveuse de cochons.

Le portrait d'Enora débute par un long texte sur l'alimentation des cochons : je connais, je suis née dans ce milieu-là.

Me retrouver sur sa ferme, équipée d'une FAF (Fabrication d'aliment à la ferme), ça a été comme un retour dans le temps, une plongée dans le siècle d'avant. Bref, un grand plouf dans l'enfance. Je me rappelle mes oncles faisant de même : nourrissant les bêtes, tractant, poussant, freinant les chariots. Bref, va me falloir une image avec un bout de chariot ! Elle sera complétée au trait, tiens. Ça, c'est pour la séquence émotions de l'auteure ;-)

Parler "silos"ou cellules (à grains), ça va de soi pour l'ex-gamine élevée à la ferme. Mais ça cause pas à tout le monde. Alors, pour celle ou celui qui n'y comprend (encore) rien à l'agriculture, il s'agit de trouver une image en rapport pour le bouquin. 

Laquelle ? ... Pas mal. J'ai des images. Graphisme des lignes. Entrelacs de tuyaux qui convergent vers le mélangeur, ... ça devrait le faire.  

L'ambiance ? Poussiéreuse. Temps de pause long. De la farine qui s'envole ? Yes. Ouf.

Et puis, alors (lors de la prise de vue), c'est confinement. L'éleveuse, qui est mère de famille, doit jongler avec ses 2 lolitas, pleines de vie.

Evidemment, ça s'impose : une fillette dans le champ de la photographe.

Ah. Et ? Ah. Le chien de la ferme ? Un inséparable.

Ça y est. Sélection faite.

2 images sur les 2 ou 3 centaines du livre (j'ai toujours pas compté).

Faut aimer la photo, je vous le dis. Ça tombe bien. J'adore ça.


conditions matérielles et tarifaires

matériel idéal (je peux m'adapter dans une certaine mesure ^^)

Dans l'idéal, il me faut le matériel de projection pour des images et pour de la vidéo (son).

Je viens avec une carte avec un port USB classique, une enceinte bluetooth si besoin et quelques livres librement consultables. 

 

 

devisage de ma venue sur demande 

frais de route a minima au départ de Concarneau

+ frais de bouche et de logement si besoin est

selon possibilité de ventes de livres ou pas : tarifs à ajuster.