· 

dis tonton, pourquoi tu tousses

Mon oncle, c'était un sacré bonhomme.

 

Quand tu grandis à l’ombre d’un type pareil, tu te demandes si tu vas pousser. De mes yeux de gamine, à ma place à la table des fêtes, c’est-à-dire du côté des femmes, je n’entendais que lui. Il racontait. Les autres riaient. Et avec la vie qu’il avait, il avait de quoi raconter.

Oh, des fois, il était dans le tracteur. Il troquait, je crois avec un vrai plaisir la cravate pour le bleu. Je le voyais siffler dans la cabine de tracteur. Lui, c’était mon oncle. Néné. Mignon, hein ? Néné.

 

Lui ? Je me rappelle de ses yeux bleus, bleus vraiment très bleus. Je me rappelle ses bras, impressionnants. Dans la famille, ils sont tous bâtis comme ça, même ma mère. Des bras puissants et une « force de cheval ». Je me rappelle ses yeux bleus, qui ressortaient fort quand sa peau était piquée de merde (oui, littéralement), après qu’il a passé le karcher. Il était dégueulasse, il puait et il aimait venir faire des bisous. Il tendait les lèvres et il rigolait fort. Il aimait bien aussi râper nos peaux de gosse de sa barbe piquant dru. Il nous amenait à l’école, on adorait ça. 5 ou 6 gosses dans la Renaut qui dansait. Et nous, on valsait. On hurlait !

 

Et puis les années ont passé. Toujours plus de responsabilités. « L’est jamais là c’ui-là ! », disait ma grand-mère, sa mère.


J’ai 23 ans. Dernière année de fac. Stage obligatoire. Personne ne veut me prendre. Aucune asso. Ni le SRPV*. Rien. Nada. Que chi. Mémé m’a dit : « Va voir tonton ». Je déteste. Je me résigne.

 

L’affaire est pliée en 2/2. Ce sera stage à Porcs Sud Bretagne**. L’oncle est le président. Ca facilite les choses. Ca me fait pas rire. Selon que tu es né […].

2 mois à potasser sur les « impacts d’élevage porcin sur le littoral ». Je me farcis une tonne de revues Je découvre la réglementation des ICPE***. Pas simple mais pas hermétique non plus. Après, suffit de mettre des noms et des chiffres dans les cases laissées vides.

 

On est en 2000, après déjà quelques programmes pour « reconquérir la qualité de l’Eau ». L’argent public dépensé pour mettre aux normes les élevages est déjà montré du doigt. Pas efficace. On vient de « régulariser » les élevages, ceux qui se sont agrandis illégalement pendant les années 80-90. Amnistie générale. J’imagine que ça a dû tempêter dans les campagnes.

 

Eté 2000. AG du Groupement. Tonton préside, heureux, volubile, parmi ses pairs.

De cette AG, j’en garde un souvenir – comment dire – mitigé. Non, j’étais écoeurée.

Là, AG et l’évidence : le déni total de tout lien entre les pollutions « littorales diffuses » – les marées vertes entre autres – et l’agriculture intensive. Je venais de remettre mon rapport de stage – « impacts des élevages porcins sur le littoral » et l’évidence était là. Bon, vraisemblablement, personne ne l’avait lu ce rapport. Et de cela non plus, je n’étais pas vraiment surprise même si cabocharde (genre faut caser la nièce) : j’avais mis aucun merci dans ledit rapport.

L’AG, le pire ? Cette femme, une scientifique, pensez-vous ! (Tonton devait l’avoir à la bonne). Une véto venue tout exprès pour corroborer les propos de mon oncle, enfin, de toute une profession qui se sentait menacée. Non, pas de relation entre pollutions agricoles et marées vertes.

Putain. Ben on n’est pas dans la merde. C’est le cas de le dire.


Alors, on fait quoi ? On continue d’amener une profession dans le mur ? Des femmes et des hommes dans le mur ? plutôt que d’amorcer un changement profond, vertueux. On fera jamais, pourtant, soyons-en sûrs, des produits law cost à si bas coûts (oui, répétition) que dans d’autres régions du monde. Hélas ou tant mieux.
Eh. Tonton. Pourquoi tu tousses ?

 

 

 

*service régional de protection des végétaux.
** Porcs sud Bretagne devenu Pigalys puis Aveltis
*** Installation classée pour la Protection de l’environnement. Gros dossiers administratifs obligatoires pour les élevages et les structures ayant un impact sur l’environnement : descriptions des pollutions potentielles et des mesures prises pour les limiter, entre autres pièces


Écrire commentaire

Commentaires: 0