paysâmes : des rencontres humaines

rencontres avec des humaines et des terriennes (ou vice-versa)

 

Paysâmes aura été l'occasion de bien belles rencontres.

Avec les femmes agricultrices, paysannes (c'est selon). 11 femmes qui se révèlent en 10 portraits (10 portraits car chez les Melen Praden, on cultive le lait et l'amour à 2). Je vous les présente en quelques lignes ici même.

Ces 11 paysâmes du livre ? Ce sont des bretonnes d'aujourd'hui, qui bossent et nourrissent le monde - sauf Aziliz, qui elle, elle fait dans l'animal de compagnie. Pas d'encensement, inutile. Des femmes, belles par leurs engagements, tout court.

 

Il y a Gene, qui fait dans l'oeuf et dans la poule. Ou dans la poule et dans l'oeuf. (J'ai pas demandé qui était arrivé le premier.)

Il y a Enora, qui élève un gros poilu breton (non, breton et poilu, ça rime pas forcément). Celui-là a les yeux cachés par ses oreilles et l'éleveuse, elle, a les yeux qui brillent quand elle en parle.

Et puis, il y a Fabienne, qui court, qui court, de son gîte à son huile à son Rémi Geotrouvetou.Attends-moi, Fabienne !

Il y a Cécile, qui est encore plus craquante que ses gariguettes, qui plante et récolte 10 heures par jour pour nous gaver, quand ça veut bien pousser.

Il y aussi Stéphanie, qui pâtonne et façonne pour faire croquer les papilles de ses compagnons. La femme est douce, jolie, ronde comme ses pains. Et la vie à la ferme ?

Il y Aziliz, la fille des landes (comme moi), du centre Bretagne (pas comme moi), Aziliz qui par fidélité "pour ses amies les chèvres" a décidé de revenir à la Terre - pourtant maltraitante parfois, la Terre.

Lauriane et Audrey, elles, font dans le système tout herbe - parce qu'une vache, c'est une brouteuse d'herbe et parce qu'une vache, c'est génial pour transformer l'herbe en bon lait. Bah oui.

Martine, elle, est une de ces éternelles militantes, un temps "pessimiste". Elle dit avoir repris du poil de la bête. Alors, l'ex-paysanne se fait porte-parole de l'agriculture chez les écolo. Drôle d'attelage. Il en faudrait plus, de ces attelages atypiques.

Et puis, il y a Christiane. La femme élève des mastodontes. La femme bouleverse quand elle prie pour ses animaux, les remercie pour leur sacrifice.

Et puis, là-bas du côté Nord Bretagne, il y a Françoise. Françoise qui achève, aux côtés de son compagnon de vie, de route, de scène, sa carrière de paysanne. Et qui transmet à sa fille, avec confiance.

 

Bref. Il y a de quoi raconter, elle, toutes, chacune.

 

 

les paysames du livre @johannegicquel auteure bretagne agriculture bio durable femmes

rencontre avec Gene

rencontre avec Françoise


rencontres avec des artistes et auteures

Paysâmes, ce sont aussi des rencontres avec des artistes, des auteurs : j'avais envie de donner un supplément d'âme au projet - même si, c'est vrai, c'est à la marge : ce livre est définitivement très personnel.

 

Marlène Tissot

auteure, poétesse, romancière

La femme, croisé sur un salon du livre breton (elle est du Sud) m'a plu de suite. Sa discrétion, ses yeux bleus qui vous transpercent et sa plume, fine, violente, qui dit merde au monde et oui à la vie, malgré tout. Alors, je me suis risquée (façon de parler) à lui demander une préface.

Je dois dire que une entrée en matière dans Paysâmes, signée par une femme, m'a paru mille fois plus opportun qu'un quelconque (même excellent) texte d'un homme.[...]

Marlène Tissot (dont le prénom est si évocateur), la femme, m'a séduite. Et je dois dire que sa préface m'a fort touchée. Elle a magnifiquement saisi le propos du livre et l'a superbement écrit. 

 

Philippe Pastor

musicien, compositeur

Pour ma part, l'homme était un musicien, percussionniste, féru de musique latine. Oui, mais que. Derrière un homme, se cachent plein de ressources. Lui ? un musicien multi-instrumentiste, mais aussi un vidéaste, un compositeur, un peintre. C'est aussi un homme avec quelques convictions écologistes, qui a accepté de potasser à mon projet de "mise en musique" (j'aime dire comme ça) de quelques textes écrits autour de Paysâmes.

J'aurai aimé - adoré - faire un CD en même temps qu'un ouvrage de papier, mais ce n'était pas sérieusement envisageable : il en faut du temps, de l'énergie, et les moyens. Partie remise donc, pur un "vrai" objet.

D'ici là, si Celui d'en haut le veut, les titres qui sont ou seront mis en musique seront à retrouver sur cette page.

Lien vers son site.

 

Yann Morel

poète

Membre de la Société Française de Poésie, cet homme - qui a collaboré avec Philippe sus-nommé -, est un adepte de la poésie libre. Forcément, cela a résonné fort chez l'auteure que je suis, qui n'aime guère qu'écrire avec son cœur, loin des obligations imposées par une poésie qui se devrait être classique.

Bref. L'homme - et ce sera la seule contribution masculine dans le livre Paysâmes - a accepté de signer deux textes inédits. Pollution et Chants de Terre.