paysâmes : des rencontres humaines

Aucune des femmes rencontrées n'a eu connaissance de son portrait avant la diffusion du livre.

J'ai consulté Christiane car j'ai usé de ses textes et fait d'elle un portrait 'atypique'' dans Paysâmes.

 

les paysames du livre @johannegicquel auteure bretagne agriculture bio durable femmes

Paysâmes, ce sont des rencontres. Avec les femmes agricultrices, paysannes (c'est selon). 11 femmes qui se révèlent en 10 portraits.

 

Des bretonnes d'aujourd'hui, qui bossent et nourrissent le monde - excépté Aziliz, qui elle, elle fait dans l'animal de compagnie. Pas d'encensement, inutile. Des femmes, belles par leurs engagements, tout court.

 

Il y a Gene, qui fait dans l'oeuf et dans la poule. Ou dans la poule et dans l'oeuf. (J'ai pas demandé qui était arrivé le premier.)

 

Il y a Enora, qui élève un gros poilu breton (non, breton et poilu, ça rime pas forcément). Celui-là a les yeux cachés par ses oreilles et l'éleveuse, elle, a les yeux qui brillent quand elle en parle.

 

Et puis, il y a Fabienne, qui court, qui court, de son gîte à son huile à son Rémi Geotrouvetou.Attends-moi, Fabienne !

 

Il y a Cécile, qui est encore plus craquante que ses gariguettes, qui plante et récolte 10 heures par jour pour nous gaver, quand ça veut bien pousser.

 

Il y aussi Stéphanie, qui pâtonne et façonne pour faire croquer les papilles de ses compagnons. La femme est douce, jolie, ronde comme ses pains. Et la vie à la ferme ?

 

Il y Aziliz, la fille des landes (comme moi), du centre Bretagne (pas comme moi), Aziliz qui par fidélité "pour ses amies les chèvres" a décidé de revenir à la Terre - pourtant maltraitante parfois, la Terre.

 

Lauriane et Audrey, elles, font dans le système tout herbe - parce qu'une vache, c'est une brouteuse d'herbe et parce qu'une vache, c'est génial pour transformer l'herbe en bon lait. Bah oui.

 

Martine, elle, est une de ces éternelles militantes, un temps "pessimiste". Elle dit avoir repris du poil de la bête. Alors, l'ex-paysanne se fait porte-parole de l'agriculture chez les écolo. Drôle d'attelage. Il en faudrait plus, de ces attelages atypiques.

 

Et puis, il y a Christiane. La femme élève des mastodontes. La femme bouleverse quand elle prie pour ses animaux, les remercie pour leur sacrifice.

 

Et puis, là-bas du côté Nord Bretagne, il y a Françoise. Françoise qui achève, aux côtés de son compagnon de vie, de route, de scène, sa carrière de paysanne. Et qui transmet à sa fille, avec confiance.

 

Et s'il y a les femmes du livre, il a celles aussi rencontrées, ailleurs, avant. Cathy en fait partie, avant peut-être son portrait dans un prochain ouvrage. Je le souhaite. D'ici là, reste à bosser ;-)

 

Bref. Il y a de quoi raconter, elle, toutes, chacune.